66 Minutes : Grand format

Pâques : la bataille du chocolat

Pendant ce long week-end de Pâques, nous allons consommer près de 15 000 tonnes de chocolat, soit environ 900 grammes par personnes. Après plusieurs mois de travail intensif, les grandes griffes françaises du chocolat viennent de terminer leur deuxième plus grosse production de l'année après Noël : la collection Pâques 2019. Depuis plusieurs années, la grande distribution perd des parts de marché au profit des artisans chocolatiers haut de gamme qui considèrent le cacao comme un grand cru et prône un commerce respectueux des producteurs du bout du monde. Pendant plusieurs semaines, nous avons suivi la crème des chocolatiers français. Comme le très fantasque Patrick Roger, que l'on surnomme « le Rodin du chocolat ». Meilleur Ouvrier de France, il doit sculpter des œuvres monumentales et les transporter dans ses neuf boutiques parisiennes sans les abîmer. Stéphane Bonnat, septième du nom, est à la tête d'une chocolaterie située à Voiron en Isère et réputée mondialement. Dénicheur de trésor, il redonne vie à des cacaoyers datant de la civilisation Inca. Le numéro un mondial du cacao « Barry et Callebaut » arrive en force dans cette course à l'innovation pour Pâques 2019 en inventant carrément une quatrième sorte de chocolat : le chocolat Ruby, naturellement de couleur rose. Et pour le travailler, l'ogre mondial, qui d'ordinaire fournit les industriels, a choisi un Meilleur Ouvrier de France comme ambassadeur : Arnaud Lahrer. Ce maître chocolatier va devoir créer le premier œuf de Pâques en chocolat rose. Mais cela va-t-il plaire aux Français, amateurs de chocolat noir ?