66 Minutes : Grand format

La nouvelle vie des centres commerciaux

Alice Omer a 44 ans, c'est la directrice du centre commercial « Les rives de l'Orne » à Caen (Calvados), un de ceux autorisés à rouvrir ses portes le 11 mai dernier. La Covid-19, elle y a fait face durant un mois et demi et quatre jours d'hospitalisation. Aujourd'hui, sur son vélo, en route pour le travail, Alice a retrouvé de la force. Depuis 48 heures, elle arpente les 37 000 mètres carrés du centre, mais ce qui lui donne le sourire et un maximum d'énergie, c'est ce premier week-end de déconfinement qui s'annonce. Alors la directrice est partout : mesures barrières, livraison de dizaines de milliers de masques à l'attention des clients, visite à chacun des 70 commerçants du centre, car eux aussi espèrent énormément de ce premier week-end. Tous espèrent le grand rush du jour d'après. Maxime et Pierre ne tiennent plus en place. Leur truc à eux, c'est le burger. Leur restaurant est l'un des onze que compte le centre. Samedi, pour la première fois depuis le 17 mars dernier, ils lèveront à nouveau le rideau de leur établissement. Pas de service assis, seulement de la vente à emporter, mais il leur faut se remettre dans le bain, effectuer les courses et les achats. Et ce n'est pas gagné car pour eux, accueillir les clients samedi, c'est un peu comme ouvrir pour la première fois. Même sentiment dans cette boutique de prêt-à-porter féminin. Cindy est impatiente d'accueillir ses clientes. Elle a tout préparé et a eu le temps de se roder aux nouvelles mesures durant toute la semaine. Elle n'espère désormais qu'une chose : que ce premier samedi puisse donner à nouveau le goût du shopping aux passants. À quelques mètres de là, Christophe et Jérôme sont responsables d'une boutique de décoration. Un commerce à taille humaine, loin des clichés des grandes enseignes et des franchises ayant pignon sur rue. Ce magasin, c'est une reconversion, une deuxième vie que le confinement a bien failli emporter. Pour préparer ce premier samedi, ils ont choisi de faire leurs courses dans un verger, car pour se diversifier, ils ont décidé de vendre du cidre et du jus de pomme de producteurs locaux dans leur boutique cosy. Cela suffira-t-il à séduire les clients pour ce premier samedi du jour d'après ?