Enquête Exclusive

Apocalypse Mogadiscio

Capitale de la Somalie, pays ravagé par 30 ans de guerre civile, Mogadiscio est l'une des villes les plus dangereuses du monde. Une situation explosive qui empire chaque année. Depuis l'arrivée des shebabs en 2007, un groupe islamiste armé affilié à Al-Qaïda, le pays est en plein chaos. Et à Mogadiscio, le danger est permanent. Armée et police sont quasiment inexistantes, pas d'équipements publics, plus de système bancaire, une criminalité exponentielle et des attentats terroristes presque quotidiens. Pendant trois semaines, nos équipes se sont installées à Mogadiscio, une ville où la mort menace à chaque coin de rue. Nous avons pu accompagner les quelques policiers d'élite en charge de la lutte contre les shebabs. Un travail éprouvant, effectué dans un climat de tension extrême. Nous avons aussi suivi le maire de la ville qui tente, avec des moyens ridicules, de ramener l'ordre et la sécurité dans les quartiers. Un combat que l'édile paiera de sa vie puisqu'il sera assassiné par une terroriste shebab, quelques jours à peine après la fin de notre tournage. À Mogadiscio, l'État est défaillant, et ce sont les clans tribaux qui rendent la justice. Pour la première fois, la prison de Mogadiscio a ouvert ses portes à des journalistes. C'est la plus ancienne d'Afrique, la plus dangereuse aussi. Y sont entassés des centaines de terroristes, enfants ou criminels endurcis. Ils sont au minimum cinquante détenus par cellule. Notre équipe a également filmé la vie quotidienne des jeunes Somaliens, entre misère, débrouille et rêve d'exil en Europe. Chaque année, la communauté internationale verse plus de dix milliards d'euros d'aide. Le pays, pourtant, est en faillite. Plutôt que de profiter à la population, l'essentiel de l'aide est détourné, au profit d'une classe politique corrompue. En 1992, c'est sur les plages somaliennes que Bernard Kouchner avait posé devant les photographes avec un sac de riz sur les épaules. Le pays avait faim et le monde venait à son secours. Près de trente ans plus tard, tout est pire. Et Mogadiscio, capitale détruite, a désormais des allures d'Apocalypse.