Enquête Exclusive

Australie : racisme, la face cachée

Avec ses paysages grandioses, sa qualité de vie et ses trois-cents jours de soleil par an, l'Australie est une destination de rêve pour de nombreux étrangers. Mais le pays n'est pas une terre d'accueil pour tout le monde et certaines minorités souffrent de lourdes discriminations. Une zone d'ombre dans cette nation jeune et dynamique, réputée pour son système démocratique. Historiquement, un drame se joue aussi depuis des siècles : celui des premiers Australiens. Installés sur ces terres depuis des millénaires, les aborigènes vivent au ban de la société. Tout a commencé avec l'arrivée des colons anglais au 19e siècle. D'abord massacrés par milliers, les aborigènes ont été assimilés de force aux mœurs de la société blanche. Placés dans des couvents ou des familles de substitution, les enfants indigènes ont dû apprendre à vivre comme de bons petits blancs. On les appelle les générations volées. Aujourd'hui, les aborigènes vivent comme des citoyens de seconde zone. La majorité sont victimes d'exclusion, de pauvreté, d'alcoolisme, de chômage… Et les mineurs indigènes, souvent en échec scolaire, ont vingt-cinq fois plus de risques que les blancs de finir en prison. Des lieux, où ils sont parfois détenus dans d'atroces conditions. En ce début de 21e siècle, d'autres minorités se sentent rejetées : les immigrés africains, asiatiques ou de confession musulmane qui ne sont pas toujours les bienvenus en Australie. Pour eux, obtenir une carte de séjour est un parcours du combattant. Et beaucoup se retrouvent détenus dans des centres de rétention sur des îles, au large du pays (îles de Manus, Christmas et Nauru), attendant plusieurs mois, voire des années, avant d'espérer s'installer en Australie. Et les rares qui y parviennent se retrouvent souvent marginalisés. Face à la montée de l'islamisme dans le monde, les musulmans sont de plus en plus stigmatisés par la droite radicale australienne. Depuis quelques années, de nouveaux partis xénophobes et racistes affichent ouvertement leur haine des pratiquants de l'Islam. Et rien, dans le pays, ne les y empêche. En 2019, l'escalade de la haine a atteint des sommets. À Christchurch, en Nouvelle-Zélande le pays voisin, Brenton Tarrant, un suprématiste australien de 29 ans, proche de groupuscules néo-nazis de Melbourne, a ouvert le feu dans une mosquée. L'attentat a fait 51 morts et 49 blessés. Nouveaux arrivants ou natifs, en Australie, de nombreuses minorités sont victimes de racisme au quotidien. Enquête sur le plus grand tabou du pays.