Enquête Exclusive

Vélo : la révolution deux roues

Jamais, en France, la pratique du vélo n'avait connu un tel engouement. En augmentation constante depuis plusieurs années, elle a même explosé après le premier confinement (+ 30 % sur la seule période de mai à septembre 2020). L'an dernier, tous les records ont été battus : 1 784 km de nouvelles voies cyclables ouvertes sur le territoire français, 3,3 millions de vélos vendus en 2020 (25% de plus qu'en 2019, avec un pic à 120 % durant l'été), 200 000 locations de « vélibs » par jour en période de pointe à Paris, etc. Une véritable révolution qui a fortement impacté le transport et la circulation en milieu urbain et qui a entrainé des conséquences souvent inattendues sur les comportements. À Paris, pour de nombreux cyclistes, le bitume s'est transformé en zone de non-droit. Ils grillent les feux rouges, ne respectent pas les priorités, téléphonent en pédalant, roulent sur les trottoirs, ignorent les piétons. « Chouchoutés » par les responsables politiques, de plus en plus de cyclistes se croient au-dessus des lois. Dans les rues de Paris, nous avons accompagné un piéton qui nous montre les innombrables incivilités des cyclistes sur les passages protégés. La police essaie de faire preuve de prévention pour réduire ces attitudes, mais elle doit se résoudre à verbaliser tant les infractions sont fréquentes. Nos équipes ont ainsi suivi une brigade VTT des forces de l'ordre dans sa mission de régulation de la circulation. Ils doivent composer avec le déni, les insultes et l'agressivité des cyclistes qu'ils contrôlent. Les cyclistes restent aussi très vulnérables en cas d'accident. Chaque année, 60 000 d'entre eux finissent aux urgences des hôpitaux. Nous avons rencontré l'un d'entre eux, victime de la maladresse coupable d'un chauffard qui lui a broyé la jambe. On note aussi beaucoup d'accidents chez les coursiers à vélos, souvent obligés de prendre tous les risques pour gagner péniblement le SMIC et tenir des délais impossibles. Malgré les dangers, il existe des tribus qui pratiquent le vélo de manière extrême. C'est le cas de la « bike life », une discipline importée des États-Unis et adoptée par de nombreux adolescents qui en profitent pour se défouler durant les confinements. Une pratique qui les amène à faire des acrobaties très dangereuses au milieu des voitures et des piétons. D'autres cherchent à battre des records de vitesse à plus de 50 km/h pour arriver en tête des classements d'une application mobile. Sans compter les adeptes de vélos électriques surpuissants, tellement rapides qu'ils n'ont pas le droit de rouler sur la voie publique. Sur Internet, on trouve des modèles qui atteignent les 90 km/h. . Enfin, le vélo, c'est un business qui a une face cachée. Le vol de vélo est devenu un fléau. On compte un vélo volé par minute en moyenne en France. Ces bicyclettes volées sont ensuite revendues sur Internet : nous avons rencontré en caméra discrète l'un des principaux revendeurs de la région parisienne. Enquête inédite sur la nouvelle révolution vélo.