Enquête Exclusive

Budapest, la perle du Danube

Marquée par les guerres et par 45 ans d'occupation soviétique, Budapest, surnommée « la perle du Danube », est l'une des villes les plus fascinantes d'Europe. Devenue une destination ultra tendance, elle est, comme son passé l'a forgé (Buda et Pest), une ville aux deux visages, qui ne cesse de se réinventer. Ses thermes grandioses, son patrimoine architectural d'une incroyable richesse et ses palais historiques attirent chaque été jusqu'à quatre millions de touristes. Parmi eux, de nombreux Français attirés par des prix défiant toute concurrence (coût de la vie trois fois moins élevé qu'en France). Mais aussi par des activités que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Après des années de communisme, il règne sur la capitale hongroise un parfum de liberté. Ici, on n'hésite pas à recycler les vestiges du passé pour divertir les jeunes touristes en quête de sensations comme la réhabilitation en bars branchés de l'ex-ghetto juif avec ses immeubles abandonnés. Les touristes peuvent également tirer à la kalachnikov, se payer des virées en char blindé ou à bord d'un lance-missile, visiter le Memento Park où sont entreposées les statues des anciennes figures de l'idéologie communiste (Lénine, Staline, Marx et Engels). À Budapest, réputée pour être un haut lieu de la fête, chaque coin de rue offre une découverte surprenante et tous les délires y sont permis. Cosmopolite et un peu délurée, la perle du Danube a aussi la nostalgie de son passé. Et elle n'hésite pas, parfois, à renouer avec un certain conservatisme. Excédés par les dérapages incessants de touristes qui les empêchent de dormir, certains habitants se battent pour reconquérir leur quartier. Face à ces jeunes fêtards aux mœurs libérées, des militants d'extrême droite partent en guerre, notamment sur un sujet très sensible en Hongrie, l'homosexualité. Une loi récente, interdisant la « promotion » de l'homosexualité auprès des mineurs, a même attisé les tensions. D'autres habitants, menacés d'expulsion à cause des location airbnb et des prix de l'immobilier qui flambent, ont eux-aussi décidé de réagir. Quant aux familles aristocratiques, figures de l'ex-empire austro-hongrois et contraintes à l'exil lors de l'instauration du régime communiste, beaucoup tentent de se réinstaller dans leurs palais et leurs châteaux, désormais propriétés de l'État hongrois. Ce documentaire nous propose une plongée dans cette mégalopole d'Europe centrale en pleine métamorphose.