Zone interdite

Résidences secondaires : mon coin de paradis

Partir en week-end dans sa résidence secondaire, un rêve pour de nombreux Français ! Les confinements et couvre-feux n’ont fait qu’accélérer la tendance. De plus en plus de citadins rêvent de posséder leur coin de verdure. En France, déjà une maison sur dix est une résidence secondaire, et avec le développement du télétravail, le phénomène n’est pas près de faiblir. Pendant un an, nous avons suivi des urbains qui cherchent leur morceau de paradis. Flore et Alexian, un jeune couple nantais avec deux fils, rêvent de profiter chaque week-end de l’Océan Atlantique tout proche. Pour cela, ils ont déniché une petite maison à retaper sur la Côte de Jade (Loire-Atlantique). Avec un budget de 150 000 euros, rénovation comprise, et seulement quatre mois pour terminer le chantier, ils vont se retrousser les manches. Alexian, ancien maçon, ne manque ni de savoir-faire ni d’énergie. Mais les enfants ont tendance à confondre son chantier avec un terrain de jeux. Alexandra et Laurent, eux, ont trouvé un paysage de rêve dans le Morvan en Bourgogne, face à un lac. Mais le couple ne dispose que d’un budget de 90 000 euros. Alors ils ont jeté leur dévolu sur l’achat d’un petit bout de forêt et d’une maison modulaire de 20m², à construire. C’est une entreprise russe qui fabrique les éléments et qui vient poser les murs sur place comme on assemblerait un Lego géant. Mais, pour épater Alexandra, Laurent tient à bâtir lui-même la terrasse, même sous la pluie battante. Près de Grenoble (Isère), Laure et Daniel habitent un appartement dans un immeuble contemporain. Alors ils ont choisi une résidence secondaire qui les transporte complètement ailleurs : dans un petit village médiéval de la Drôme provençale, au décor de carte postale, La Garde-Adhémar. Chaque fois qu’elle arrive sur place, Laure ne peut retenir ses larmes. Pour réaliser son rêve, le couple a cassé sa tirelire et déboursé 300 000 euros pour l’achat de la maison. Il espère bien couvrir une partie du remboursement de l’emprunt en mettant une chambre en location. Enfin, il existe une façon plus surprenante de devenir propriétaire d’une résidence secondaire. Deux couples de Parisiens, auxquels se sont greffés deux autres amis, ont décidé de mettre en commun leurs économies pour acheter ensemble une maison près de Sens dans l’Yonne. Résultat : pour 48 000 euros chacun, les voilà copropriétaires d’une résidence secondaire à une heure de train de Paris. Depuis cette acquisition, toutes les dépenses sont systématiquement divisées en six : la construction d’une piscine comme les salaires du jardinier ou de la femme de ménage. Mais il faut accepter de passer tous ses week-ends avec les copains !