Zone interdite

Déchets : les grands mensonges du recyclage

La France croule sous ses déchets ! Plus de 320 millions de tonnes générées chaque année, dont 40 millions par les seuls ménages. Le discours officiel promet toujours plus de recyclage. Mais en réalité des milliers de tonnes disparaissent des statistiques officielles pour finir en pleine nature et polluer l’environnement ! Nous avons enquêté sur ces déchets laissés à l’abandon avec des révélations incroyables. En commençant par nos ordures ménagères : contenus des poubelles jaunes mélangés à celui des poubelles vertes, déchets recyclables enfouis sous terre. Et même des centres de tris qui détournent la loi. Dans ce secteur, le profit semble compter plus que l’environnement ! Au fil de notre enquête, nous avons également remonté la piste de véritables criminels de l’environnement : ceux qui jettent les déchets du bâtiment en pleine nature, une activité frauduleuse estimée à 80 000 tonnes par an ! Certains d’entre eux proposent même, sur des sites de petites annonces, de se substituer aux déchetteries. Pour beaucoup, l’argent n’a pas d’odeur : des propriétaires de terrain gagnent plusieurs dizaines de milliers d'euros chaque mois en acceptant de recevoir des tonnes de gravats de chantier. Zone interdite est en mesure de révéler que même les déchets de gros acteurs français du BTP finissent ainsi dans des champs. Le risque est que l’on perdre la trace de ces rebuts. Certains particuliers ont ainsi construit, sans le savoir, leur maison sur des poubelles géantes et voient aujourd’hui leurs biens sombrer dans les ordures. Dans le département particulièrement touché du Val-d’Oise, en région parisienne, des élus courageux luttent contre les pollueurs. Ils nous ont emmené dans des lieux où la pollution est devenue dramatique. Autre révélation : nous avons mis au jour un vaste trafic autour de nos déchets les plus polluants : les réfrigérateurs. Pour les recycler, on doit normalement extraire leur fluide frigorigène hautement polluant et leur mousse isolante. Mais en fait, des entreprises les récupèrent seulement pour leur ferraille, dont les cours flambent, et puis les revendent à l’étranger, sans les dépolluer évidemment ! Pour arrêter ces trafiquants, certains organismes usent de méthodes peu orthodoxes, et la traque prend parfois des allures de film policier. Déchets : enquête sur un business pas très propre.