Zone interdite

Face au danger de l’Islam radical, les réponses de l’État

La quasi intégralité des 4,1 millions de musulmans que compterait la France vit dans le respect des lois et règles communes. Mais une petite minorité active et radicalisée, conteste les lois de la République, mène un combat politique et cherche à étendre son influence. Cette évolution est due à l’emprise grandissante en France et en Europe des courants « islamistes », dont le cœur de l’idéologie est de faire de la charia la seule source de droit. L’un des plus puissants et des plus répandus de ces courants est le salafisme. Tout en condamnant officiellement le terrorisme, ce mouvement prône un Islam rétrograde et tisse des réseaux d’influences puissants. Dans les Hauts-de-France, la ville de Roubaix (98 000 habitants dont 43% sous le seuil de pauvreté), accueille une importante communauté musulmane. On y compte aujourd’hui sept mosquées, dont une ouvertement salafiste. Certains quartiers ont basculé dans l’intégrisme et une forme de séparatisme: des restaurants proposent des boxes fermés réservés aux femmes voilées. Il est possible de se procurer des livres prônant le djihad, la guerre sainte contre les non-musulmans. Et en plein centre-ville, on peut même aujourd’hui acheter des poupées sans visage. Des jouets vendus à des parents soucieux de respecter une version ultra-radicale de l’Islam qui interdit la représentation des êtres humains. Involontairement ou par clientélisme, des élus sont parfois complices : une association, subventionnée par l’argent public, dispensait ainsi des cours de religion dans cette ville du Nord. Pour la première fois, nous avons eu l’autorisation de suivre les membres d’une des 101 cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR) créées par le gouvernement fin 2019. À leurs côtés, nous avons découvert à Marseille, une école hors contrat soupçonnée d’emprise islamiste et qui abritait aussi une école clandestine. Dans ce combat contre l’Islam radical en France, plus de 650 établissements - cafés, locaux associatifs, lieux de culte, écoles ou commerces - ont déjà été fermés. Quelle est la stratégie de ceux qui veulent imposer la loi de Dieu face à celles de la République ? Quelles régions, quels secteurs, quelles populations sont menacés ? La réponse de l’État est-elle efficace ? Une enquête inédite sur la réalité de la menace islamiste dans des écoles, des universités, les transports publics et dans certains territoires de France qui ont basculé vers un repli religieux inquiétant.