Enquête exclusive

Entre folie des grandeurs et répression : la nouvelle Égypte

Avec sa civilisation millénaire, son exceptionnel patrimoine archéologique et la beauté du Nil, l’Égypte est l’une des destinations préférées des voyageurs étrangers. Pourtant, derrière la carte postale, les 110 millions d’habitants font l’objet d’une répression sans précédent. Entre pouvoir corrompu et arrestations arbitraires, les espoirs de changement et de liberté nés de la révolution de la place Tahrir de 2011 ont vite été balayés. Au sommet de l’État, un maréchal : Abdel-Fatah Al Sissi. Militaire de carrière, il dirige depuis huit ans le pays d’une main de fer et se rêve en pharaon. Il tente aussi de faire de l’Égypte un nouveau Dubaï pour attirer les investisseurs et les touristes fortunés. Villas d’un luxe ostentatoire, buildings spectaculaires et méga-centres commerciaux, Sissi dépense sans compter. Son projet le plus fou : une nouvelle capitale en plein désert, grande comme six fois Paris, avec un budget démentiel de près de 50 milliards d’euros. Mais cette modernité ne profite pas à tous les Égyptiens. 30 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour. Pour survivre, certains habitent des cimetières, comme celui d’El Arafa au Caire, la capitale. Des centaines de milliers de personnes dorment dans cette « cité des morts », au milieu des tombes. Une véritable ville dans la ville, avec ses petits commerces et son école. Délaissant les plus démunis, Abdel-Fatah Al Sissi fait régner la terreur chez ceux qui osent le critiquer. Symbole de cette oppression, Alaa Abdel Fattah Soueif, figure de proue du soulèvement de la place Tahrir. Toujours incarcéré, le bloggeur de 40 ans a passé l’essentiel de ces huit dernières années derrière les barreaux. Nous avons rencontré sa mère, Laila Soueif, militante des droits de l’homme, et sa sœur Sanaa. Réfugiée à Londres, la jeune femme fait tout pour alerter la communauté internationale sur le sort de son frère et des 60 000 personnes injustement emprisonnées pour leurs opinions. Nos équipes ont aussi suivi les rares touristes qui tentent de sortir des sentiers battus et qui découvrent une autre Égypte. L’un d’entre eux a passé trois mois dans les geôles égyptiennes. Il est traumatisé. Quel est le vrai visage de l’Égypte du président Al Sissi ? Nos équipes ont mené l’enquête dans un pays totalement fermé aux journalistes.